Si, lorsque vous voyagez, vous recherchez l’aventure et vivez vraiment la culture du pays que vous visitez, ceci est pour vous. Le Costa Rica est un pays à découvrir et à vivre intensément : des plages secrètes ou des forêts tropicales, aux véritables refuges naturels d’animaux d’une beauté exubérante. Dans le pays où l’on trouve la plus grande variété de flore et de faune de toute l’Amérique centrale, il y a beaucoup à découvrir en dehors des circuits touristiques. Le Costa Rica est une république constitutionnelle unitaire d’Amérique centrale ayant un régime présidentiel. La majeure partie de son territoire est situé sur l’isthme centraméricain, encadré par la mer des Caraïbes à l’est-nord-est et l’océan Pacifique au sud-ouest, bordé au nord-nord-ouest par le Nicaragua et au sud-est par le Panama. Il comprend également l’île Cocos, située dans l’océan Pacifique, à plus de 500 kilomètres des côtes du pays. Il a pour capitale San José qui comptait environ 334 000 habitants environ. La langue officielle est l’espagnol et la monnaie le colón. Sa devise est « Que vivent pour toujours le travail et la paix ! », et son drapeau est constitué de cinq bandes horizontales respectivement bleue, blanche, rouge, blanche et bleue. Son hymne est Noble patria, tu hermosa bandera. Le Costa Rica est souvent surnommé « la Suisse de l’Amérique centrale ».

1. Partez à la découverte de l’un des différents parcs naturels

L’une des grandes attractions du Costa Rica est sa richesse naturelle. Si vous êtes passionné par la biodiversité, vous ne pouvez pas manquer une visite de l’un des nombreux parcs naturels qui existent pour protéger la faune et la flore locales, qui se développent grâce au microclimat unique du pays. Le parc national de Tortuguero, par exemple, est l’un des parcs présentant la plus grande diversité biologique et dispose de plusieurs sentiers et canaux à explorer, que ce soit en faisant de la randonnée ou en profitant d’un tour de cayuca, le bateau local. Ce parc possède également plusieurs plages et lieux de ponte des tortues de mer, qui peuvent être observés lors de visites guidées. Le Costa Rica possède une flore et une faune exceptionnelles, puisque 6 % de la biodiversité mondiale s’y trouve pour un pays qui ne représente que 0,03 % des surfaces émergées. 1,3 % de la faune est endémique du pays. 160 nouvelles espèces étaient découvertes chaque année au Costa Rica. Plus de 25 % du territoire est occupé par des parcs nationaux  et des réserves. Le contexte politique du pays, ainsi que son succès dans le domaine du tourisme, contribuent à préserver cette biodiversité. Les réserves marines du Costa Rica sont le théâtre de braconnages de requins. Le documentaire « Sharkwater » montre l’intensité du trafic d’ailerons de requins. Des négociants taïwanais les achètent illégalement, pillant ainsi un des derniers sanctuaires de requins. Les importants investissements taïwanais au Costa Rica laissent supposer que le gouvernement ne fait pas de la lutte contre cette activité illégale une priorité de l’agenda de préservation de la faune et de la flore.

2. Visitez l’un des villages pittoresques situés à la périphérie des grands centres urbains

Si vous voulez connaître la vraie culture locale, explorez les zones autour des grands centres urbains. Dans la périphérie de San José, par exemple, il y a d’autres régions comme Tilaran ou Malpaís qui méritent d’être connues. Découvrez les vallées et les montagnes, et laissez-vous emporter par la vie décontractée de ces charmants petits villages.

Tilaran

Tilarán est une petite ville de la province de Guanacaste, au Costa Rica. C’est le siège du canton de Tilarán situé dans les collines surplombant la rive ouest du lac Arenal. Le district a une population d’environ 2 500 personnes.  Il est relié par la route à El Silencio et par la route 142 qui descend à travers les collines de la Cordillère de Tilarán jusqu’à Tejona. La zone entre Tilaran et Tejona est l’un des parcs éoliens les plus importants du Costa Rica et les turbines occupent une place importante dans le paysage. L’élevage constitue également une part importante de l’économie locale. La religion principale est le catholicisme romain et la ville se trouve au centre du diocèse catholique romain de Tilarán.

Malpaís

Malpaís est un terme utilisé dans le sud-ouest des États-Unis, en Espagne, au Mexique et dans d’autres régions hispanophones pour désigner un paysage accidenté et stérile composé de reliques et de champs de lave en grande partie non érodés présentant des coulées de lave reconnaissables, des cônes volcaniques et d’autres formes de relief volcaniques. Ce type de paysage volcanique est extrêmement accidenté et difficile à traverser. Elle est caractéristique d’un environnement aride car dans les climats plus humides, les champs de lave sont rapidement détruits par les intempéries et l’érosion. Bien que le terme décrit de nombreux endroits xériques, il est fortement associé aux pays hispanophones et au sud-ouest des États-Unis, où les colons espagnols ont nommé ce relief.

3. Profitez d’un bain thermal, et découvrez les « stations thermales naturelles » du Costa Rica

Le Costa Rica est un pays volcanique qui compte une centaine de volcans avec quelques signes d’activité et cinq considérés comme actifs. C’est pourquoi le pays regorge de sources chaudes et de geysers où il est possible de profiter de tous les bienfaits des eaux thermales. Vous pouvez visiter ces volcans et vous baigner dans leurs environs à partir des sources naturelles qui s’y trouvent : Arenal, Poás, Rincón de la Vieja, Irazú et Turrialba, mais apprécient toujours la beauté naturelle qui entoure ces véritables « stations thermales naturelles » en plein air.

Arenal

L’Arenal, aussi appelé cerro Arenal, volcán de los Canaste, volcán de Costa Rica, Guatusos Peak, cerro de los Guatusos, Pan de Azúcar, Pelón, Los ahogados ou encore volcán de Río Frío, est un volcan du Costa Rica ayant une forme conique quasiment symétrique. Plus jeune volcan du Costa Rica, il est en éruption du 29 juillet 1968 à décembre 2010. L’Arenal est situé en Amérique centrale, dans le Nord-Ouest du Costa Rica, dans l’Ouest de la province d’Alajuela, non loin de la frontière avec la province de Guanacaste et à 90 kilomètres au nord-ouest de la capitale San José. Faisant partie de la cordillère de Tilarán, il est entouré par la Cordillère Centrale au sud, le volcan Chato au sud-est, le lac artificiel Arenal à l’ouest, les villes de La Palma au nord et La Fortuna à sept kilomètres à l’est-nord-est1 ainsi que la route 142 qui le contourne au nord.

Poás

Le Poás est un stratovolcan du Costa Rica. Très actif, il a connu au moins 39 épisodes éruptifs depuis 1828. Il connaît actuellement une activité moyenne. Situé à 37 km au nord-ouest de la capitale San José, ce volcan culmine à 2 708 m d’altitude. Il est intégré dans le parc national du volcan Poás. Son cratère principal dégage régulièrement des vapeurs sulfurées toxiques et héberge un lac acide qui peut disparaître en fonction de son activité. Ce stratovolcan présente plusieurs caldeiras érodées, des cônes volcaniques, et trois cratères alignés, dont deux contiennent des lacs de cratère. Le cratère principal mesure environ deux kilomètres de diamètre et est profond de 300 mètres. Les eaux du lac de couleur verte qui en occupe le fond sont très acides, sulfureuses et chaudes de 85 °C. Sur les pentes internes de ce cratère, on peut observer les dégagements des fumerolles de soufre. L’autre cratère, appelé Botos, présente un lac d’eau froide ou Laguna Botos, connecté avec le Rio Angel, lui-même affluent du Rio Sarapiqui. Ce cratère a connu sa dernière éruption il y a 7 500 ans. On a pu déterminer que l’activité du Poás remonte au moins à 11 millions d’années. Le matériel volcanique émis est du type basaltique ou dacitique.

Rincón de la Vieja

Le Rincón de la Vieja est un volcan du Costa Rica situé dans le Nord-Ouest du pays, dans la cordillère de Guanacaste. Il est composé d’une caldeira, la caldeira Guachipelín datant du Pléistocène, à l’intérieur de laquelle s’élèvent neuf centres éruptifs dont deux cônes volcaniques couronnés chacun par un cratère, le Von Seebach et le Santa María. Ce dernier est le point culminant du volcan avec 1 916 mètres d’altitude. Au total, la montagne a un volume de 130 km3 ce qui en fait un des volcans les plus volumineux du Costa Rica. De nombreuses sources chaudes, fumerolles et mares de boue se trouvent sur les pentes du volcan.

Irazú

L’Irazú est un stratovolcan actif situé dans la cordillère Centrale, au Costa Rica. Il culmine à 3 432 mètres d’altitude. Le cratère héberge un lac acide, qui s’est lentement évaporé en avril 2013 à la suite de la reprise de l’activité volcanique. Il se trouve à l’intérieur du parc national qui porte son nom, le parc national du Volcán Irazú, à environ trente kilomètres à l’ouest de la ville de Cartago. Les volcans Turrialba et Irazú sont parfois qualifiés de jumeaux car ils prennent appui sur le même socle. Le volcan Irazu est situé à 30 km de la ville de San Rafael de Oreamuno, dans la province de Cartago. Il s’élève à 3 432 mètres d’altitude et sa forme est subconique irrégulière. La zone intra-cratère est constituée de trois structures principales :

– le cratère actif fait 1 000 m de diamètre, une profondeur de 180 m et héberge un lac coloré ;

– le cratère Diego de la Haya Fernández se trouve au nord de la caldeira avec une profondeur de 80 m ;

– sur le côté une large structure semi-plane qui correspond aux restes d’une ancienne terrasse nommée Playa Hermosa.

Au sud de ces cratères et séparé par la terrasse de Playa Hermosa, se trouvent les restes d’une bordure d’une ancienne caldeira. À l’est du Diego de la Haya se trouve un cône pyroclastique bien préservé de 80 m d’altitude, avec un cratère détruit au nord. Ce cône est bordé sur le côté est et sud par les restes de deux cratères. Dans le secteur est existaient les restes d’un antique cône très érodé. Au nord-est du cratère principal se trouvent des coulées de lave. Vers le sud de la cime principale se trouvent les cônes pyroclastiques de cerro Noche Buena, cerro Gurdián, cerro Pasquí.

4. Dégustez la gastronomie locale dans un « soda »

Les Costaricains sont connus pour leur amabilité et leur hospitalité. Ils aiment accueillir les visiteurs et cet esprit est présent dans les « sodas », petites tavernes traditionnelles où les « ticos » préparent des délices locaux. Parmi les principales recettes on doit citer le tamale, bouillie de maïs, pain à la banane et riz, les mariages qui est une assiette de riz, de haricots et de viandes diverses, le fromage de cœur de palmier et trois leches qui est un gâteau à la confiture de lait, au rhum et à l’œuf.

5. Aller à une « fiesta »

En plus d’être gentils, les Costariciens sont un peuple très heureux et amusant. Ils apprécient la musique de différents styles, le style latino-africain et le jazz jouant un grand rôle dans la culture du pays. En outre, il existe plusieurs festivals et fêtes traditionnelles tout au long de l’année, qui sont une excellente occasion de profiter des vacances et de découvrir le véritable mode de vie costaricien, tout en apprenant à mieux connaître la culture locale. Dans chaque ville, il y a de petits bars locaux où vous pourrez apprécier la musique traditionnelle et l’esprit de « fiesta » de ce peuple sympathique. Et si vous avez été inspiré par ces suggestions et que vous avez hâte de découvrir cette destination pleine de surprises, mettez-vous au défi de connaître le Costa Rica à travers ces circuits touristiques. Vous aurez l’occasion de visiter certains de ces endroits et de découvrir le meilleur de la culture costaricienne.