Voyager à Poon Hill au Népal est une expérience inoubliable. Ses montagnes sont bien sûr l’attraction principale mais il y a beaucoup plus en aval qui vaut la peine d’être vu et qui rendra votre voyage vraiment unique. Quel que soit le lieu que vous choisirez de visiter, le Népal restera longtemps dans votre cœur et représentera, d’un point de vue humain, l’un de vos plus beaux voyages !  

Visite des temples 

Katmandou, la capitale, est située dans la moitié orientale du petit pays coincé entre deux superpuissances, la Chine et l’Inde. C’est une ville très chaotique, mais elle offre une architecture intéressante et des lieux de culte qui valent vraiment la peine d’être visités. Certains ont été endommagés par le tremblement de terre de 2015 mais ont été partiellement reconstruits ou rouverts au public.  

Parmi les choses à ne pas manquer, il y a sans aucun doute le temple de Pashupatinath, un petit Varanasi sur les rives de la Bagmati, le fleuve le plus sacré du Népal. La visite de ce temple est une expérience en soi et vous marquera sûrement. 

Il y a ensuite le temple hindou de Budhanilkantha (au nord de Katmandou), le Bodhnath (reconstruit après le tremblement de terre) et le Swayambuhnath (endommagé par le tremblement de terre). 

Tour dans les Dubar Square 

Le Durbar Square de Katmandou est sans aucun doute l’épicentre de votre visite de la ville, mais dans ce cas, il faut partir de l’idée que sa beauté originelle a malheureusement été effacée par le tremblement de terre. Certains bâtiments se sont complètement effondrés, d’autres sont soutenus par des échafaudages. Malgré cela, il est toujours intéressant de les visiter.  

Les deux autres Durbar Squares à ne pas manquer lors d’un voyage au Népal sont :  Patan, une ville adjacente à Katmandou, et Bhaktapur, que l’on peut atteindre en prenant l’autoroute Araniko à l’Est. Dans les deux cas, les dommages causés par le tremblement de terre sont encore clairement visibles mais certains travaux de reconstruction ont commencé et on espère que ces régions feront rire les gens comme faisant partie de ce qu’ils ont perdu. La même autoroute mène ensuite vers l’Est jusqu’à Dhulikel, un petit village de montagne d’où, les jours les plus gras, on peut voir la chaîne de montagnes de l’Himalaya. Un autre endroit d’où l’on peut voir l’Himalaya est Nagarkot, au nord de l’autoroute Araniko. 

Destinations intéressantes 

En prenant l’autoroute Prithvi de Katmandou vers l’ouest, on arrive à Pokhara. Le voyage peut être très long car la soi-disant autoroute est plutôt une route de montagne excessivement fréquentée par des camions colorés et tout autre moyen de locomotion, y compris des personnes ambulantes transportant des animaux prêts au sacrifice. Cela peut vous prendre entre 3 heures et 12 heures de route. L’expérience fait toujours partie intégrante du voyage, il suffit de ne pas se presser. 

Pokhara, qui surplombe un lac agréable, est situé à une altitude de 915 m et sert principalement de base pour les sentiers de randonnée dans la région des Annapurnas. L’Annapurna quant à elle offre de sublime lever de soleil. Sur la route, vous pouvez vous arrêter à Bandipur, pour contempler un exemple de la culture Newari.  

Si vous souhaitez voir de grands animaux dans la nature, vous pouvez complètement changer de paysage et organiser une randonnée de quelques jours dans le parc de Chitwam dans la partie sud du pays. 

Moyens de déplacement conseillés

Chaque localité n’a pas besoin de beaucoup de temps pour être visitée, le temps est principalement utilisé pour se déplacer. Mais c’est peut-être le meilleur moment pour entrer en contact avec la population locale et comprendre un peu mieux ce petit mais extraordinaire pays. 

Pour vous déplacer, vous aurez besoin d’une voiture avec un chauffeur expérimenté. Il est également possible de voyager en avion mais ce n’est pas recommandé car les courants, dans une zone entourée de montagnes de 8000 m, peuvent être très forts et l’expérience de vol particulièrement désagréable, voire dangereuse.  

Il est bon de ne pas voyager en voiture la nuit car les camions ont tendance à rouler très vite et à être encore plus indifférents à ce qui se passe autour d’eux. Outre le fait qu’il n’y a pratiquement pas d’électricité. Il est préférable de planifier des transferts moyennement courts et de s’appuyer sur des personnes compétentes qui connaissent les routes et savent évaluer correctement la situation.