Qui ne souhaiterait pas pouvoir organiser un jour un voyage pour voir les aurores boréales ? Voici le vécu d’une personne admirant depuis des années les aurores boréales.

Un vécu inoubliable

« Lorsque Giulia m’a proposé d’aller à la chasse l’année dernière, j’ai sauté sur l’occasion et j’ai immédiatement dit oui sans réfléchir à deux fois. Début décembre, nous sommes partis avec le sac à dos plein d’espoir, destination la Laponie suédoise, à quelques pas du cercle arctique. La première nuit en Laponie nous a déjà donné la chance de voir les aurores boréales. Dans l’obscurité et le froid, en attendant, je me suis battu avec ma tête, dans un tourbillon d’agitation, de doutes et d’angoisse : Est-ce que je la verrai ? Va-t-elle se montrer ? À quoi ressemblera-t-elle ? Serai-je déçu ? Je ruminais tout cela quand, en un instant, elle s’est mise à se lever et à danser dans le ciel, m’arrachant soudain à toutes les pensées qui encombraient mon cerveau, ne laissant la scène libre qu’à l’émerveillement et à l’étonnement. Ce dont je me souviens maintenant, c’est qu’il a suffi d’un moment pour m’éclater de rire, les larmes aux yeux, et pour dissiper tous les doutes et les craintes qui m’avaient accablé jusqu’à ce moment. Et puis une étreinte de ceux dans lesquels tu te tiens serré et Giulia et moi dansons de bonheur sous les aurores boréales et sous un ciel qui n’est rien d’autre qu’une couverture d’étoiles. Il ne faut pas chercher l’aube, chercher la destination »

D’après ce vécu, contempler l’aurore boréale offre un grand bonheur et a beaucoup aidé ces personnes à connaître plusieurs éléments sur l’aube.

« Mon voyage en Laponie m’a appris quelque chose de très important. Si je n’étais allé que pour voir les aurores boréales, je me serais probablement beaucoup moins amusé, car elles sont imprévisibles et on n’a pas toujours la chance de les voir apparaître. D’autre part, grâce à toutes les activités auxquelles j’ai participé pendant les journées passées dans le nord sauvage, les promenades en traîneau tiré par de doux huskies, les safaris en motoneige, les promenades à cheval dans la forêt enneigée, pour n’en citer que quelques-unes, même si je n’avais pas vu l’aube, j’aurais quand même été heureux de notre voyage. »

Par ailleurs, d’après d’autres vécus, il y a de ceux qui pensent que les paysages sont d’une beauté à couper le souffle, le ciel qui devient rose quand il fait froid, le brouillard qui se lève parmi les sapins, le soleil qui toujours bas sur l’horizon donne une lumière fantastique à photographier. Les aurores boréales sont imprévisibles. D’ailleurs, elles n’étaient que le couronnement d’un voyage qui aurait été extraordinaire de toute façon.

Comment se forme l’aurore ?

En termes simples, les aurores boréales (comme les aurores australes visibles dans l’autre hémisphère de la Terre) sont formées par l’interaction entre les électrons (particules de haute énergie) et les atomes neutres de la haute atmosphère terrestre.

Ces particules, qui entrent en collision avec des atomes neutres, peuvent « exciter » leurs électrons. Après un certain temps caractéristique, les électrons reviennent à leur état initial en émettant des particules de lumière (photons).

Les couleurs des aurores peuvent être nombreuses et dépendent des gaz présents dans l’atmosphère, de leur état électrique et de l’énergie des particules qui les frappent. Par exemple, la couleur verte typique est donnée par l’oxygène atomique.

Pour voir les lumières du Nord, il est également nécessaire d’avoir des nuits claires et sombres. Comme les aurores se forment à de grandes hauteurs (80-100 km) à la surface de la terre, les nuages rendent les observations très improbables.

Bien qu’il existe des applications spécifiques pour Iphone et Android pour la prévision des aurores, qui vous indiquent l’intensité ou la localisation du phénomène, vous n’êtes jamais absolument sûr de pouvoir le voir.

Un soir, en Laponie, l’application donnait une activité 4 (high) directement sur nos têtes et le ciel était parfaitement clair, mais à part une légère lueur à l’horizon, nous ne voyions rien d’autre. Pour contempler des aurores boréales, il est nécessaire de vérifier les prévisions.

Où voir les aurores boréales ?

Compte tenu de sa genèse, il est clair que plus on se rapproche du pôle Nord, plus on a de chances de le voir. Tous les pays proches du cercle polaire offrent donc de bonnes chances.

Abisko, dans l’extrême nord de la Suède, est certainement l’un des meilleurs endroits car le climat y est généralement sec et augmente donc les chances de trouver un ciel dégagé.

Svalbard et Tromso en Norvège sont également d’excellents points d’observation, mais il faut tenir compte du fait qu’à Tromso en hiver, par exemple, les heures d’obscurité sont de 20 heures à minuit (en décembre, janvier et février). Par conséquent, si le temps est mauvais et que l’on ne voit pas le lever du soleil, il n’y a pas beaucoup d’alternatives pour s’amuser.

En bref, chaque destination a ses avantages et ses inconvénients, dont nous avons tenu compte pour le choix : Pour cela, nous vous renvoyons au premier point : choisissez en fonction de la destination, et non des aurores. C’est pourquoi on a choisi la Laponie suédoise et plus particulièrement Skelleftea.

Quel est le meilleur moment pour voir les aurores boréales ?

Pour regarder et voir les aurores boréales, la seule condition est qu’il fasse noir et que le ciel soit dégagé. En fait, les aurores boréales sont présentes toute l’année, mais en été, avec la lumière, on ne peut généralement pas les voir.

Les meilleures périodes sont donc les mois de janvier, février et mars, mais de très forts phénomènes ont également été observés en octobre et novembre.

Décembre n’est généralement pas un bon mois, car les destinations les plus populaires, telles que Kiruna en Suède ou Tromso en Norvège, sont soumises à une forte probabilité de mauvais temps, ce qui signifie un ciel nuageux.

Comme, quelle que soit la destination que vous choisissez, vous êtes toujours très au nord, n’oubliez pas qu’il fait froid, il fait vraiment très froid et vous devez donc bien vous équiper : parfois, vous devez attendre les aurores boréales pendant des heures dans le noir et à certaines températures inférieures à zéro, il devient vraiment difficile de résister.

Éviter la pollution lumineuse

Rien n’inhibe la vision d’une aurore boréale comme la pollution lumineuse. Tout comme lorsque vous voulez observer un beau ciel étoilé et vous éloigner de toute source de lumière artificielle, pour mieux voir les aurores, on vous suggère de chercher un endroit aussi sombre que possible.

Il est donc préférable de s’éloigner le plus possible des centres habités, même s’ils sont petits, des lampadaires et des maisons. Vous devez donc être extrêmement prudent dans le choix d’une visite guidée, mieux vaut vous assurer que vous êtes sorti des zones urbaines avant de l’acheter.

Regarder vers le nord ? Cela dépend !

Une des choses que j’ai apprises au cours de ce voyage est qu’il n’est pas nécessaire de regarder au nord pour voir le lever du soleil, ou plutôt que cela dépend de l’endroit où l’on se trouve. En fait, si vous vous trouvez dans des endroits à l’intérieur ou sous l’ovale, comme à Tromso par exemple, il peut apparaître dans n’importe quelle direction, même au-dessus de nos têtes !

En attendant la pleine lune

Bien qu’elle ait tendance à donner de la lumière, il n’est pas vrai qu’à la pleine lune on ne puisse pas voir les lumières du Nord. La lune illumine également le paysage qui l’entoure, créant ainsi d’excellentes conditions pour la photographie.